Publication : Commodesk Janvier 2013

Le soja, le végétal omnipotent

Tirée par l'essor du biodiesel et l'alimentation animal pour la production de viande, la consommation mondiale de soja est en progression constante.

Jacques Farine

Originaire de Mandchourie, dans le Nord-Est de la Chine, le soja est la première graine oléagineuse produite dans le monde. Les principaux acteurs, les États-Unis, l’Argentine et le Brésil, se partagent plus des trois quarts de la production mondiale. Plus de 200 millions de tonnes de soja sont attendues cette année alors que sa production ne dépassait pas 20 ou 30 millions de tonnes dans les années 1960.

Selon les dernières estimations du bureau d’études Agroconsult, le Brésil pourrait produire cette année 84,2 millions de tonnes et devenir ainsi le premier producteur mondial grâce notamment à une forte augmentation des surfaces semées, plus de 10 %, et à des conditions météorologiques particulièrement bonnes dans les régions du sud du pays où elle est cultivée.

L’huile extraite des graines de soja, 18 % de sa masse, est la deuxième huile végétale produite dans le monde après l’huile de palme. Elle est utilisée pour à la cuisson ou dans la composition de la margarine mais entre également dans la fabrication de biodiesel ou comme adjuvant industriel.

La consommation mondiale d’huile et de tourteaux de soja est en progression constante, tirée notamment par l’essor du biodiesel et de la consommation de viande dans le monde. En effet, après extraction de l’huile, les résidus de graines forment le tourteau. Utilisé pour l’alimentation animale, le tourteau de soja est la première source de protéines du bétail dans les pays industrialisés dont l’Union européenne est de très loin la première importatrice.

Afin de développer leurs cultures intensives et de répondre à une demande mondiale croissante, les principaux pays producteurs ont depuis longtemps décidé d’avoir recours aux organismes génétiquement modifiés (OGM). L’Argentine a choisi dès 1996 de recourir à leur culture et ceux-ci couvrent à présent la quasi-totalité des champs de soja dans ce pays tout comme aux États-Unis et près de 60 % au brésil.

Le principal soja OGM, dit RR (pour Round Up ready), introduit dès 1996 en Argentine et cultivé depuis 2002 au Brésil, est particulièrement critiqué par les organisations écologistes. En effet, l’utilisation massive de l’herbicide qui en découle élimine sur de grandes surfaces toute végétation hors du soja. Les conséquences réelles sur l’environnement et la santé des populations locales sont encore mal connues et font l’objet de débats virulents.

Des forêts en moins

La culture intensive du soja contribue par ailleurs largement à la déforestation de l’Amazonie. Au Brésil notamment, l’économie tournée vers l’exportation de produits agricoles incite de grands exploitants à étendre leurs cultures sur la forêt primaire. Selon WWF, 13,5 millions d’hectares de forêt amazonienne ont été déboisés pour la production de soja entre 1998 et 2008.

À lire également :

L’huile de palme a-t-elle tous les maux ?

L’huile de palme mise à l’index