Publication : Commodesk Lundi 21 Février 2013

Le palladium, un enjeu géopolitique majeur

Utilisé dans tous les secteurs industriels, le palladium à de beaux jours devant lui.

Jacques Farine

Comme le platine, le palladium est un métal rare, présent dans des zones très restreintes, essentiellement en Russie et en Afrique du Sud. Ces deux pays détiennent ensemble, à parts presque égales, près de 80% des réserves mondiales et cette concentration géographique n’est pas sans poser quelques problèmes géopolitiques.

Le palladium a des propriétés proches de celles du platine, d’où des débouchés voisins et des applications parfois interchangeables qui lui confèrent une importante valeur stratégique.

Les industries électroniques et électriques consomment plus de 35 tonnes de palladium chaque année, soit 16 % de la production mondiale. Dans ces secteurs industriels, ce métal est utilisé dans la fabrication de condensateurs que l’on retrouve dans les appareils de téléphonie mobile, des ordinateurs ou encore dans l’électronique embarquée.

Environ 15 % du palladium produit est utilisé pour la joaillerie où il rentre dans la composition de l’or blanc. Il est également utilisé dans le secteur de la dentisterie, pour 12 % de sa production, qui fut longtemps son secteur d’utilisation principale.

Mais c’est l’industrie automobile qui utilise aujourd’hui la majeure partie du palladium puisque 49 % des quantités produites sont utilisés pour la fabrication de pots catalytiques. Ainsi, si l’extraction minière a un fort impact sur l’environnement, celle du palladium a au moins l’avantage de jouer un rôle positif en réduisant les émissions de gaz grâce à ses capacités de catalyseur. Associé au platine ou au rhodium, il accélère la transformation des produits toxiques issus de la combustion du carburant en composés moins nocifs : dioxyde de carbone et eau.

Tirée par l’augmentation des immatriculations de véhicules neufs dans les pays convergents ou émergents comme la Chine, la Russie, le Brésil, l’Afrique du Sud ou l’Inde, la demande de palladium devrait sensiblement augmenter dans les prochaines années, entre 3 et 5 % d’ici à 2015 selon les experts.

Bien que les principaux acteurs miniers freinent la production afin de créer un déficit et maintenir ainsi mécaniquement les cours à de hauts niveaux, le marché va prochainement pouvoir bénéficier du palladium provenant de la filière du recyclage avec une nouvelle génération de véhicule arrivant en fin de vie, la première à avoir été équipée de pots catalytiques.

Une future OPEP ?

Sergey Donskoy, ministre russe des ressources naturelles (la Russie fournit a elle seule plus de 50 % de la production mondiale à travers la société Norilsk Nickel), a récemment déclaré son intention de s’associer avec l’Afrique du Sud pour créer une organisation commerciale similaire à l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) : « Le prix dépend de la structure du marché, et nous allons former la structure du marché. »

À lire également :

L’uranium, une industrie en convalescence

Le cuivre, l’indispensable

L’argent est avant tout un métal industriel

Vers une pénurie d’étain ?

Les Terres rares