Publication : Commodesk Lundi 27 Octobre 2012

Le maïs, céréale la plus cultivée

Le maïs est un important facteur d'ajustement du marché mondial des céréales.

Jacques Farine

Dans les pays industrialisés, il est généralement à la base de l’alimentation animale. Celle-ci absorbe ainsi plus de 70% de la production mondiale. Le reste est majoritairement destiné à l’industrie, notamment agroalimentaire. Mais depuis plusieurs années, la production d’éthanol à base de maïs est en plein essor et vient parfois perturber le marché, notamment aux États-Unis où il est à l’origine du développement d’une importante industrie. Le développement de l’éthanol comme carburant automobile provoque en effet un accroissement des besoins. Aux États-Unis, premier exportateur mondial, les surfaces plantées ont atteint un sommet lors de la campagne 2012-2013 et devrait, selon l’USDA, le ministère de l’Agriculture américain, se maintenir à un niveau élevé pendant au moins une décennie.

Néanmoins, les considérables baisses de production qu’ont subies les États-Unis l’année dernière ont incité de nombreux pays importateurs à se fournir auprès d’autres producteurs. En cause, naturellement, la sécheresse historique qui a touché la Corn Belt (littéralement « ceinture de maïs », espace agricole du Middle West) américaine cet été. Les stocks du pays étaient déjà maigres avant la récolte, d’où une flambée des prix. Ce décrochage de la compétitivité par rapport aux concurrents a conduit les importateurs à se tourner vers d’autres fournisseurs, particulièrement en Amérique latine.

Le Japon par exemple, premier importateur mondial avec 15 millions de tonnes l’année dernière, a drastiquement réduit ses importations en provenance des ports américains au profit du Brésil et de l’Ukraine. Le Mexique (8,5 millions de tonnes d’importations), dépendant des importations pour le maïs destiné à l’alimentation du bétail, poursuit la diversification de son approvisionnement. Idem pour l’Égypte (5,5 millions de tonnes), qui a signé ses premiers contrats avec l’Argentine…

Mais la réduction du poids des États-Unis sur les marchés s’inscrit dans un mouvement de plus long terme qu’une simple mauvaise année. Entre montée en puissance des concurrents, relative stagnation de la production et augmentation des besoins intérieurs pour l’éthanol, les États-Unis perdent des parts de marché chaque année depuis 2007-2008. Elles avaient alors atteint 62%, contre 33% attendus cette année.

Une consommation record de céréales en Chine

La récolte chinoise de céréales battra un nouveau record en 2013, pour la dixième année consécutive, d’après le vice-ministre de l’Agriculture. L’année dernière, l’empire du Milieu avait annoncé une récolte de 590 millions de tonnes. Mais en Chine, si la production s’accroît régulièrement, la consommation augmente également rapidement. Alors qu’il était auto-suffisant jusqu’en 2010, le pays a désormais recours à l’importation pour satisfaire sa demande intérieure de céréales, évaluée à 400 kg par an et par habitant (en comptant le fourrage).

À lire également :

L’avoine, le parent pauvre des céréales

7 milliards d’humains : quels risques ?

La farine turque est jugée trop compétitive

Riz : les exportations thaïlandaises en chute libre