Publication : Commodesk Décembre 2012

Le charbon électrique

Les trois quarts du charbon extrait dans le monde est destiné à l'alimentation des centrales électriques.

Jacques Farine

 Le charbon vapeur est notamment utilisé comme carburant dans les centrales électriques pour la production d’énergie. Celles-ci consomment les trois quarts du charbon extrait, et 40 % de l’électricité produite dans le monde est issu du charbon. La demande, surtout en Europe ou aux États-Unis, dépend ainsi pour partie des cours du gaz naturel, le charbon et le gaz étant substituables au sein des centrales électriques : les producteurs d’électricité arbitrent et basculent de l’un à l’autre en fonction des prix du marché.

La baisse de la consommation électrique aux États-Unis et en Europe consécutive à la crise économique a fortement impacté le marché du charbon. La consommation mondiale a ainsi diminué pendant deux années consécutives, en 2008 et 2009, avant de se reprendre en 2010 avec une hausse de 7,6 %. Malgré tout, entre 2000 et 2010, la consommation de charbon a tout de même progressé de 25,6%, essentiellement portée par le marché chinois, qui compte pour les deux tiers de cette augmentation.

Mais l’émergence des gaz non conventionnels (gaz de houille, de schiste…) sur le marché américain a provoqué une baisse considérable des cours du gaz, rendant le prix du charbon thermique non compétitif sur le sol américain. Les États-Unis s’apprêtent donc à mettre sur les marchés internationaux d’importantes quantités de charbon qui pourraient tenter l’Union européenne dont 25 % de l’électricité est encore produite à partir de charbon (avec d’importantes disparités selon les pays, 85% en Pologne et 5% en France).

En effet, si à la suite du protocole de Kyoto, l’Union européenne souhaitait réduire l’usage du charbon pour lutter contre l’émission de CO2, les données du calcul ont bien changées depuis.
L’accident nucléaire de Fukushima tout d’abord a incité plusieurs pays, dont l’Allemagne, à relancer des projets de centrales thermiques et par ailleurs, aucun pays ne reculera devant l’opportunité de réduire le coût de sa facture énergétique, quitte à le payer plus tard (cf encadré).

Un coût sanitaire important

D’après l’Alliance pour la santé et l’environnement (HEAL), le coût sanitaire du fonctionnement des centrales à charbon en Europe s’élèverait à 43 milliards d’euros chaque année. Le calcul intègre l’ensemble des frais indirects qu’entraîne le charbon pour les systèmes de santé. Le fonctionnement des centrales provoquerait 18.250 décès prématurés chaque année en Europe, en plus des maladies du cœur et du poumon.

Dans son étude publiée le 7 mars, l’Organisation non gouvernementale (ONG) belge préconise de suspendre immédiatement les constructions de nouvelles centrales, et d’abandonner le charbon comme source d’énergie d’ici à 2040.

À lire également :

La Chine tisse sa toile dans l’industrie minière

Le charbon reprend des couleurs