Publication : Commodesk Lundi 21 Janvier 2013

L’argent est avant tout un métal industriel

L'argent métal intéresse de plus en plus les investisseurs, attirés par son double statut.

Anne-Bénédicte Hoche

 Métal précieux, l’argent peut être au même titre que l’or perçu comme une valeur refuge ; mais il est dans le même temps, et avant tout, un métal industriel.

Plus de la moitié de la demande mondiale concerne actuellement les applications industrielles, selon les données du Silver Institute, notamment dans de très nombreux produits électroniques et électriques. Le reste se répartit entre investissements, pièces de monnaie, joaillerie, argenterie et photographie.

Les usages sont en perpétuelle mutation, en fonction de l’évolution des technologies où il devient indispensable ou, au contraire, disparaît. Ainsi, l’effondrement de la photographie argentique a été globalement compensé par l’apparition d’autres usages. Par exemple, l’argent est indispensable dans le développement de la construction de panneaux photovoltaïques. Là aussi, le marché évolue très rapidement : sur l’année 2012, la demande pour ce débouché a reculé, les industriels étant parvenus à réduire les quantités d’argent nécessaires pour contrer l’augmentation des cours. Du côté du secteur automobile, la consommation augmente ces dernières années avec la généralisation des équipements électroniques.

Avec la rapide progression de la production minière, le marché est toutefois devenu structurellement excédentaire depuis 2006. Cet écart est comblé par la forte croissance de la demande d’argent à des fins d’investissement (ETF, pièces, lingots…), multipliée par 8 entre 2007 et 2012. Ce sont donc ces investissements qui ont conduit ces dernières années à une hausse des cours, qui sont passés de 5 dollars l’once en moyenne en 2000 (soit environ 5 euros de l’époque les 31 grammes) à plus de 31 dollars (23 euros) en 2012.

De nombreux analystes estiment néanmoins que l’argent reste sous-évalué, notamment par rapport à l’or. Alors que, historiquement, notamment lorsque ces métaux étaient utilisés comme monnaie, une once d’or valait 16 fois plus qu’une once d’argent, elle vaut actuellement 55 fois plus. Or, ce chiffre de 16 correspond à une réalité concrète : la rareté relative de ces deux métaux dans la croûte terrestre.

Quelques chiffres

761,6 millions d’onces (soit 23 700 tonnes) : la quantité d’argent extraite des mines en 2011 – un nouveau record, qui a encore été battu en 2012. L’argent est aujourd’hui pour les trois quarts exploité comme sous-produits dans des mines dédiées à d’autres métaux (plomb, zinc, cuivre ou or).

257 millions d’onces (8 000 tonnes) : la quantité d’argent issue du recyclage en 2011. L’activité de recyclage dépend en grande partie des cours de l’argent, qui doivent être suffisamment élevés pour qu’il soit rentable.

À lire également :

L’uranium, une industrie en convalescence

Le palladium, un enjeu géopolitique majeur

Le cuivre, l’indispensable

Vers une pénurie d’étain ?

Les Terres rares