Publication : Le parisien Économie 21 Septembre 2015

Comment emprunter après 50 ans ?

Anne-Lise Defrance

DES GARANTIES ALTERNATIVES

Etre remboursée… C’est la seule exigence d’une banque au moment d’accorder un prêt immobilier à l’un de ses clients. Problème : la souscription d’une assurance emprunteur par le titulaire du prêt ne lui donne la certitude de récupérer ses fonds qu’en cas de décès ou d’invalidité de ce dernier. Pour faire face aux risques d’impayés non couverts par ce contrat d’assurance, d’autres garanties peuvent donc être exigées. Et encore plus, pour les plus de 50 ans dont les revenus diminuent en moyenne de 30 à 40% au moment de leur passage à la retraite.

Pour mettre toutes les chances de votre côté et faciliter l’acceptation de votre demande de crédit, plusieurs solutions s’offrent à vous. Ainsi, vous pouvez proposer à votre établissement bancaire le cautionnement d’un tiers. C’est-à-dire, l’engagement écrit d’un de vos proches de payer les mensualités de votre prêt en cas de défaillance de votre part. Vous pouvez également suggérer d’hypothéquer un autre bien immobilier dont vous êtes déjà propriétaire. Autrement dit, permettre à votre banque de saisir et vendre le bien en question pour se rembourser si vous cessez de vous acquitter de vos échéances. Enfin, vous pouvez avancer l’idée de nantir une part de votre patrimoine, à l’image notamment d’un contrat d’assurance-vie ou d’un portefeuille boursier. En d’autres termes, de bloquer une somme d’argent d’un montant au moins équivalent à celui emprunté et ce, au profit de votre établissement prêteur. En cas d’incident de paiement, celui-ci est alors assuré de récupérer son dû en devenant seul et unique propriétaire des avoirs ainsi gagés.