Publication : Le parisien Économie 21 Septembre 2015

Comment emprunter après 50 ans ?

Anne-Lise Defrance

CHOISIR LE BON PRÊT

Incertitudes sur l’avenir des pensions obligent, mieux vaut pour un futur retraité connaître à l’avance le montant exact qu’il devra rembourser chaque mois au titre de son prêt immobilier. D’où l’importance pour lui de choisir un emprunt à taux fixe. Certes moins attractif à première vue qu’un crédit à taux variable car proposant un taux d’intérêt plus élevé que ce dernier, ce type de prêt garantit en revanche des échéances identiques pendant toute la durée du contrat.

Mais il peut s’avérer judicieux pour un particulier de plus de 50 ans encore en activité d’assumer des mensualités plus importantes avant de voir son revenu diminuer suite à son départ à la retraite. En d’autres termes, de moduler le montant de ses échéances. Pour répondre à cette problématique et sans pour autant remettre en cause la notion de taux fixe, il est possible, selon les établissements bancaires, de négocier l’obtention d’un prêt dit « à palier », c’est-à-dire à mensualités dégressives dont le montant est fixé pour deux périodes distinctes (avant et après la cessation d’activité). Le principe est simple : l’emprunteur profite des dernières années de sa vie active pour augmenter le montant mensuel de ses échéances avant de le baisser une fois parvenu à la retraite. En outre, le coût d’un tel crédit s’avère au final moins élevé que celui d’un prêt classique, au sens où le capital est amorti plus rapidement.