Publication : L'actuariel Octobre 2015

L’assurance-vie au défi des taux bas

Séverine Guignard

L’impact sur le SCR : encore des interrogations

L’exigence de fonds propres minimale imposée par Solvabilité II est elle aussi impactée par l’environnement de taux bas. Mais dans une moindre mesure que le calcul des provisions techniques. Tout d’abord parce que, mécaniquement, comme le choc à la baisse sur les taux appliqué en formule standard est un pourcentage du niveau actuel, plus les taux sont bas, moins le choc est fort. Solvabilité II a par ailleurs prévu que, si les taux sont négatifs, alors il n’y aura pas de choc à la baisse supplémentaire. Pour les candidats modèles internes, la situation est plus ambiguë. Faut-il demander aux assureurs de modéliser des scénarios de stress pour lesquels les taux seraient significativement négatifs ? « La question n’est pas tranchée, indique Guillaume Alabergère de l’ACPR. Revoir les modèles demande d’importants investissements. Faut-il aller dans cette direction sachant que les taux négatifs n’ont pour l’instant été qu’un phénomène conjoncturel ? À court terme, nous validerons les modèles internes avec la politique de changement qui les accompagne. Cette dernière sera un garde-fou permettant de rapidement intégrer les scénarios de taux négatifs si la situation le nécessite. »